Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Ancien Pont St Michel - Paris - 1618

Fleuve franchi : la Seine, département : Paris, à proximité : Paris, situé Pont Saint Michel
Type d'ouvrage : Pont en pierre ou maçonné
Destruction de l'ouvrage : 1857

Longueur totale : 61m, Nombre d'arches/travées : 4, Plus grande portée : 14m
Version du texte : V1.4, Niveau de fiabilité : fort

Plan de Région Parisienne
Plan de Paris avant 1850

Les ouvrages dans la même ville de Paris : Tous les ouvrages,

Les ouvrages situés au même emplacement "Pont Saint Michel" dans la même ville de Paris : Tous les ouvrages, : Ancien Pont St Michel - Paris - 1618, Pont St Michel - Paris - 1857,

Références :
1 - Histoire de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours - 1857 - Théophile Lavallée par Edition Michel Levy Frères
2 - Paris Illustré - 1863 - A. Joanne par Hachette et Cie à Paris - p94.
3 - Annales des Ponts et Chaussées - 4ème série - Mémoires et Documents, Tome 8 - 1864 - p142-144.


En 1378, on construit le Pont Saint-Michel, du nom d'une chapelle du Palais qui en était voisine. Détruit plusieurs fois par les grandes eaux, il fut reconstruit en 1618 tel qu'il est au début du XIXème siècle, avec toutefois deux lignes de maisons qui disparurent en 1808. Il est en reconstruction en 1857 pour le mettre dans l'alignement du boulevard Sébastopol.

 

Ancien Pont Saint Michel - Paris
Pont Saint-Michel - Paris

Ancien Pont St Michel - Paris
Ci-contre, la peinture de Camille Corot (1796-1875) - Notre Dame et le quai des Orfèvres - peinte en 1833 représentant le pont Saint Michel à Paris.

 

Extrait de (3) :

"Le plus ancien des ponts construits dans l'emplacement du pont Saint-Michel, date, dit-on, de l'année 1384.

On sait que le 9 décembre 1547, un pont en bois qui existait à cet endroit, fut ébranlé par le choc de quelques bateaux et qu'il tomba dans la rivière, que ce pont ayant été refait, fut de nouveau détruit le 30 janvier 1616 par la violence des glaces que « la rivière charria en telle abondance cette année là, que tous les bateaux qui étaient au port au Foin jusqu'à la grève furent brisés et engloutis dans les flots. »

Ce pont fut alors reconstruit en pierre et en le démolissant en 1857, on a retrouvé dans ses fondations une plaque en cuivre sur laquelle était gravée une inscription latine, avec deux médailles l'une en argent, l'autre en vermeil portant l'effigie du roi Louis XIII alors âgé de 16 ans. Ces objets sont déposés au musée de Cluny.

Voici le texte de l'inscription qui fait connaître la date de la pose de la première pierre par le roi en personne.

Ludovicus pius terlius a decimo Galliarum et Navarrœ rex chrislianis, ponti ligneo moles lapideas substituens anni Verenni perenne nomen et monumentum, hoc catalhema posuit, 21 septembre 1617.

Ce pont dont la largeur entre les têtes était de 24,74m était bordé de deux rangs de maisons qui réduisaient la largeur du passage entre elles à 7,80m. La démolition de ces maisons était indiquée dans le programme des travaux d'embellissement mentionnés dans les lettres patentes du 21 avril 1769.

L'édit de septembre 1786 en ordonnait l'exécution, mais les événements de la révolution retardèrent cette amélioration, qui ne s'accomplit qu'en vertu d'un décret impérial daté du camp de Tilsitt, le 8 juillet 1807.

Ce pont dont la longueur était de 61 mètres était composé de quatre arches; celles du milieu ayant 14,10m et 13,98m; celles de rive ayant 10m. et 9,92m étaient masquées complètement jusqu'à 4 mètres au-dessus de l'étiage par des banquettes de halage et de contre-halage.

Le tympan du milieu sur la tête d'aval était décoré par une statue équestre en bronze du roi Louis XIII qui fut enlevée lors de la révolution.

Les deux tympans latéraux étaient ornés de niches placées au-dessus des avant et arrière-becs.

Ce pont dont l'alignement ne s'accordait pas avec la direction donnée au boulevard de Sébaatopol, rive gauche, a été remplacé en 1857 par celui qui existe aujourd'hui."