Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Personnages clés

Personnages clés
Cercle Seguin

Personnages clés
Classement alphabétique

Personnages clés
Classement alphabétique

M. Advyné ou Adwine

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

A.M Aguado

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Jacques Arnaud

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ferdinand Arnodin - 1845 - 1924

Références :
1 - L'art de construire les ponts - Ferdinand Arnodin à Châteauneuf-sur-Loire
2 - Site FERDINAND ARNODIN - 1845-1924

Ferdinand Arnodin est né en 1845 à Sainte-Foy-lès-Lyon. En 1856, son père qui travaillait déjà à la Compagnie Seguin à Lyon, s'installe à Chateauneuf sur Loire. Naturellement, après des études au Conservatoire des Arts et Métiers, Ferdinand rentre lui aussi à la Seguin freres , devenue entre-temps la Société des ponts à péage .
En 1872, il y fonde sa propre entreprise, la Ferdinand Arnodin où il apporte de réelles améliorations à la technique des ponts suspendus, notamment le câble à torsion alternative ainsi que la poutre “Arnodin”, du nom de son inventeur. Il est clair que ces inventions apportent un nouveau souffle aux ponts suspendus dont la construction avait été freinée par les différents accidents survenus (Angers 1850, ..).

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Augustin Seguin - 1841 - 1904

Augustin Seguin est né le 28/8/1841. Il est le premier enfant d'Augustine Montgolfier, deuxième épouse de Marc Seguin.

En 1866, Augustin devient directeur de la Société Anonyme des Chantiers de la Buire

Augustin Seguin aura onze enfants. Parmi eux, Rose, Marie et Joseph hériteront de son talent artistique, Louis, Laurent et Augustin de ses qualités d'ingénieur. Plus tard Louis et Laurent développeront le moteur rotatif HP 50 Gnôme qui permettra l'essor de l'aéronautique en tant que moyen de transport fiable. La société Gnôme et Rhône sera cédée par la famille en 1925 et est devenue aujourd'hui la SNECMA.
Augustin Seguin décède le 18/8/1904.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Aubineau-Caron

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Aubry

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Barbier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Vicomte Barrès du Molard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Rolch Barsalon

Références :
1 - Fonds Seguin par Archives Départementales de l'Ardèche, Tome 41J87

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ferdinand Jean Bayard de la Vingtrie - 1791 - 1852

Références :
1 - Les Ponts Modernes - 18EME-19EME siècles - 1990 - Bernard Marrey par Picard - p304.

Ferdinand Jean Bayard de la Vingtrie est né en 1791 à Philadephie (US), Son père militaire parti aux Amériques en 1788 en revint en 1794.
 Ferdinand fut élève à l'école Polytechnique et celle des Ponts et Chaussées (comme Marie Fortuné de Verges son futur associé).

Il est mort en 1852.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bayeux

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Beaumont

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Becquey-Beaupré

"Travaux des Ponts et Chaussées depuis 1800" par M. Courtin - 1812 - p105.

M. Becquey-Beaupré fut ingénieur en Chef aux Ponts et Chaussées à Paris au début du XIXème siècle.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Belin

Ingénieur des Ponts et Chaussées.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Berard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Berbez

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Berdoly

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Berdoulat

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Emile Gabriel Bertin

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Philippe Bertrand

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Edouard Biot

Edouard Biot est le fils de Jean-Baptiste Biot, célèbre physicien du XIXème siècle. Il poursuivit son oeuvre, et maintînt son concours aux entrepises des frères Seguin.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Blachier - 1617 - 1686

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Blanvillain

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Blondel - 1617 - 1686

Références :
1 - Guide classique du voyageur en France et en Belgique - Richard à Paris, Tome 21 - 1843 - p235.

Né en Picardie à Ribemont en 1617, Sieur Nicolas-François Blondel est membre de l'Académie Royale des Sciences sous Louis XIV à partir de 1669. Il semble que l'une des ses oeuvres principales fut le pont de Saintes sur la Charente, qu'il décora d'un arc de triomphe !

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Boesnier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Germain Boffrand - 1667 - 1754

Informations issues de "Etudes Historiques sur l’administration des voies publiques en France aux dix-septième et dix-huitième siècles" par JM. Vignon – Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées - Dunod Editeur – Paris - 1862.

Germain Boffrand fut Ingénieur des ponts et Chaussées alors sous la direction de Trudaine et le conseil de Perronet. Il prit le titre de Premier Ingénieur le 8/5/1742. Germain Boffrand décèdera à 87 ans, le 19/3/1754.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Boistard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Boizot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bolot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Bonnet

Références :
1 - Bulletin des lois - 1838 du 16/9/1838
2 - Bradshaw's illustrated travellers' handbook - 1857 - p41.
3 - Bulletin des lois - 1833 du 28/1/1833
4 - Les Inondations en France depuis le VIème siècle jusqu'à nos jours - - Maurice Champion par Dunod Editeur à Paris, Tome 4 - 1862 - pCXII.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bonnetat

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bordillon

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bouchet

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Boulanger

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Adolphe Boulland

Boulland est un architecte parisien ayant à son actif plusieurs réalisations de ponts suspendus entre 1839 et 1863.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bouquet

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Claude Bourget

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bourron

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jules Bourrousse de Laffore.

Références :
1 - Bulletin des lois - 1831 du 20/11/1831
2 - Bulletin des lois - 1832 du 11/6/1832

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bouvier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Brabant

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Albert de Brives

Références :
1 - Annales des Ponts et Chaussées - 1ère série - Mémoires et Documents, Tome 1839

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Théodore Bronzet

Références :
1 - Bulletin des lois - 1836 du 26/12/1836

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Libéral Bruand

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bruyere

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Buron

Références :
1 - Traité de la construction des ponts - M. Gauthey (1732-1807) par M. Navier, Tome 1 - 1843 - p136.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Cadet de Limay - 1733 - 1802

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Augustin Caillard-Daillères

Références :
1 - Bulletin des lois - 1844 du 8/11/1844

Membre du conseil général de la Sarthe- ancien député (en 1844)

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Carron

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Androuet du Cerceau

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Cessart

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Chabord

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Joseph Chaley - 1795 - 1861

Joseph Chaley naît à Ceyzérieu dans l'Ain en 1795 d'un père notaire, au sein d'une famille de six enfants.
Après un début de carrière cahotique dans des métiers très différents, la nouveauté que constituent les ponts suspendus l'attire et il s'associe avec Marc Seguin dans la réaliation des ponts de Pont de Beaucaire et de Pont de Chazey sur Ain .
Ambitieux, il arrive en 1830 à Fribourg et présente le projet de pont le plus innovant pour l'époque , par la longueur de sa portée principale. En concurrence avec Henri Dufour , il gagne le contrat. Il construira en peu d'années, de 1832 à 1840, des réalisations très impressionnantes en Suisse comme en France dont les ponts suspendus de Fribourg sur la Sarine le plus long du monde pour l'époque avec ses 273 m et celui du Gottéron, de Corbières, et le fameux Pont Basse-Chaîne (Angers) en 1839.
Joseph Chaley s'établira au Château de Rosière près de Bourgoin, domaine de sa belle-famille Champagneux.
Après la catastrophe en 1850 de l'effondrement du Pont Basse-Chaîne (Angers) qui fut la cause de la mort de 226 soldats, il se tourne vers les travaux portuaires. On le retrouve à la Joliette à Marseille en 1848 puis à Tunis, où il mourra le 15 Avril 1861, emporté par le choléra.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Chanoine

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Arcis de Chazournes

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Chezy

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Charles Seguin - 1798 - 1856

Charles Seguin apporta aux entreprises des frères Seguin sa connaissance du lobby notamment parisien. Très souvent résident en dehors d'annonay, et notamment à Paris à partir de 1826, il s'intègre à la bourgeoisie parisienne.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Pierre Clauzel

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Clinchamp

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Charles Collignon

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Louis-Etienne Joseph Cordier

Louis-Etienne Joseph Cordier est né à Orgelet (Jura) dans le 15/8/1775. Elève de l'Ecole Polytechnique, il rentre en 179ç à l'Ecole des Ponts et Chaussées. Il est l'auteur de grande réalisation comme le canal de Saint-Quentin, le pont de Maisons sur Seine, qui fut terminé par M. Polonceau.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Coulière

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Cournon

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Louis Crozet - 1795 - 1861

Pour plus de détails : Les Ponts Modernes - 18EME-19EME siècles - Editions Picard

Extrait de ce dernier : Louis Crozet fut ami de Stendhal. Ingénieur des Ponts et Chaussées à Grenoble, il établit les plans du pont suspendu de Sassenage. Avant de pouvoir l'achever, il est nommé Ingénieur en chef dans un autre département.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Camille Seguin - 1793 - 1852

Neveu de Joseph de Montgolfier, Camille Seguin est frère de Marc et de 7 ans son cadet. Il épouse Coelie Macker en 1813 dont il a un fils Ferdinand, qui sera le successeur des Seguin dans l'activité de construction des ponts.

Jeune, dès 1814, il effectue des voyages de commerce au profit de Seguin et Cie. Il prend l'initiative de l'extension de la zone commerciale vers le Sud de la France, ainsi que vers l'Est vers la Suisse francophone.

Il travailla étroitement et efficacement avec ses frères (notamment Marc, Jules, mais aussi Paul, et Charles) et joue un rôle central dans la communication entre les frères : il assura par exemple la gestion des fournisseurs de fil de fer ua moment de la création du premier pont de Tournon, notamment par un voyage en Franche-Comté.

Il décède à Toulon en 1852.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Louis Henri Daniel D'Ayme

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. l'Ingénieur en chef Daudin

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dausse

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Debans

Références :
1 - Bulletin des lois - 1833 du 2/12/1833

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Debrousse

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Antoine Degérando

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Felix Delarue

Références :
1 - Bibliographie du Maine - 1844 - N. Desportes par Pesche à Le Mans - p185.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Delbergue-Cormont

M. Delbergue-Cormont a été ingénieur en chef dans le département des Hautes-Alpes. Il y publie un décret le 14 thermidor an XIII (2 août 1805) qui prescrit les mesures à prendre pour la défense des territoires contre les torrents. A cette même période, il publiait un mémoire sur cet objet (Mémoire dans lequel on essaye de faire voir que les communes peuvent, sans autre secours que leurs bras, se mettre à l'abri des torrents secondaires) ! Im semble être décédé en Juin 1841.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Delessert

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Delorme

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Derrien

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M des Essarts

Références :
1 - Traité de la construction des ponts - M. Gauthey (1732-1807) par M. Navier, Tome 1 - 1843 - p135.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Claude DeschampsNous sommes désolés, mais la base semble comporter une erreur, merci de nous la signaler

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Descolins

Ingénieur en chef du département de l'Aube au début du XIXème siècle.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Desfirmins

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Bechet-Deshourmeaux

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Desjardins

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Desjards

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Marie Fortuné de Verges - 1794

Références :
1 - Les Ponts Modernes - 18EME-19EME siècles - 1990 - Bernard Marrey par Picard - p307.
2 - Fonds d'archives Seguin - aux origines de la révolution industrielle en France - 1997 - Michel Cotte par Archives Départementales de l'Ardèche

Marie Fortuné de Verges est né en 1794, à Arnouville (Eure), retraité en 1852. Diplômé de l'Ecole Polytechnique et de celle des Ponts et Chaussées, il est en poste en divers département. Associé à A-J Bayard de la Vingtrie , il devint ingénieur constructeur de nombreux ponts suspendus, et prit notamment une part importante dans la construction de ponts , et s'investit aussi, à l'instar des frères Seguin dans la mise en place et l'exploitation de chemin de fer.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dillon

"Histoire de Libourne et autres villes et bourgs de son arrondissement" par M. Raymond Guinodie ainé- 1845 - T2 - p89.

M. Deschamps fut inspecteur divisionnaire aux Ponts et Chaussées à Bordeaux au début du XIXème siècle.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Louis Dor

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dubois des Saussais

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Ducros

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Henri Dufour - 1787 - 1875

Guillaume-Henri Dufour naît à Constance le 15 septembre 1787, où sa famille s’était réfugiée après les troubles à Genève de 1782. Il entre pourtant en 1809 à l’Ecole Polytechnique de Paris (toute jeune encore puisque créée en 1794 par Napoléon), dans la section de pionnier.
Il quitte le service actif français en 1817 et prend à Genève le poste d’ingénieur cantonal, ce poste comprenant également les affaires militaires et l’urbanisme.
Duhour s'impliqua activement dans l’aménagement urbain de Genève, et en 1823, en collaboration avec Marc Seguin, assura la mise au point de l'invention consistant à utiliser du "fil de fer" pour la construction de ponts suspendus. La passerelle qu'il ériga en 1823 fut manifestement la première du genre, et cette première réalisation dont il partage la primeure avec Marc Seguin fut le début d'une réelle révolution des infrastructures en Europe.
Les autorités fédérales lui donnèrent aussi mission de fonder l'Ecole militaire de Thoune. IL est alors nommé Colonnel fédéral. Il se voit confier notamment l'éducation militaire du futur empereur Napoléon III.
A l'occasion de la guerre du Sonderbund il prend la tête de l’armée Suisse en 1847 en tant que Général. G.H Dufour mène ainsi en vingt-cinq jours une courte campagne avec peu de pertes pour chaque camp. Il empêche les parties de se venger à l’issue du conflit, ce qui fait que la Diète le désigna sous le vocable “le Pacificateur”.
Co-fondateur en 1852 de la compagnie de chemin de fer Lyon-Genève, il est mandaté pour la planification de la ligne.
Par la suite, Dufour compta au nombre des cinq membres de la commission, qui, le 9 février 1863, décidaient de créer un "Comité international de la Croix-Rouge". Et sous la présidence du général, la conférence vota le 25 mai 1864, la ratification de la "Convention dite de Genève" qui portait fondation de la "Société de secours aux blessés militaires".
C'est sous son égide qu'en 1865, la première oeuvre cartographique complète de la Suisse est terminée.
Il se retire de l’Etat-Major, et s’éteint dans son domaine familial le 14 juillet 1875 à Genève.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dugas

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dumorcy

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dumoustier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Louis Dupan

Références :
1 - Annales des Ponts et Chaussées - 1ère série - Mémoires et Documents, Tome 1838 - p339-344.
2 - Bulletin des lois - 1837 du 24/12/1837

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Duphot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Duplessis

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dupouy

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Jean Dupuit - 1804 - 1866

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Dupuy

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Duvivier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

G. Eiffel

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Emmery

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Escarraguel freres

Dominique, Louis-Isnel et Grégoire Escarraguel (décédé avant 1868) sont frères, architectes et entrepreneurs à Bordeaux. Ils se distinguent notamment par la construction du phare du Cap Ferret près d'Arcachon en 1836-1838. Cette réalisation coûta fort cher aux entrepreneurs puisque le coût réel de construction du phare dépassa très largement le coût prévu, d'environ 150 000 Fr. Leurs activités dépassèrent largement le cadre du bassin aquitain puisque nous les retrouvons sur plusieurs réalisations partout en France, et par exemple au Havre, où ils sont adjudicataire de la construction d'un bassin dock au Havre.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

MM. Falque frères

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Favier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Favier de la Chomette

Références :
1 - Bulletin des lois - 1841 du 16/6/1841

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. l'Ingénier Fayol

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Filliol

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Fortin-Laroche

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Frère Joconde - 1435 - 1520

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Frère Nicolas

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Frère François Romain

Le frère François Romain, originaire de la ville de Gand, religieux convers-profès de l'ordre de Saint-Dominique, venait d'achever la première arche du pont de Maestricht, et avait reçu pour ce travail une gratification considérable des États de Hollande lorsqu'il fut appelé par LouisXIV pour la construction du pont Royal à Paris.

Plus tard, il est chargé de faire les devis, visites, réceptions des ouvrages des Ponts et Chaussées de la généralité de Paris.

Frère Romain devint ingénieur des Ponts et Chaussées.

 

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ferdinand Seguin

Ferdinand Seguin est un petit-fils de Marc Seguin, et fils de Camille Seguin. Il s'investit fortement dans la gestion des entreprises créées par sa famille autout des ponts suspendus.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Gabriel

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Garella

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Gariel

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Bertrand Garipuy - 1748 - 1782

Pour plus de détails : Les Ponts Modernes - 18EME-19EME siècles - Editions Picard
mais aussi le site très riche sur Pont de Gignac

Extrait de ce dernier : François Garipuy est directeur des travaux publics de la province de Languedoc, né à Toulouse le 16 avril 1711, mort dans la même ville le Ier avril 1782. Bertrand Garipuy ou de Garipuy est son fils, né en 1748. En 1772, Bertrand Garipuy succéda à son père dans le direction des travaux publics de la province et en 1776 dans celle des travaux publics de la sénéchaussée de Carcassonne. Il l'a remplacé dans la direction des travaux du canal des Deux Mers.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

François Garipuy (père) - 1711 - 1782

Pour plus de détails : Les Ponts Modernes - 18EME-19EME siècles - Editions Picard
mais aussi le site très riche sur Pont de Gignac

Extrait de ce dernier : François Garipuy est directeur des travaux publics de la province de Languedoc, né à Toulouse le 16 avril 1711, mort dans la même ville le Ier avril 1782. Bertrand Garipuy ou de Garipuy est son fils, né en 1748. En 1772, Bertrand Garipuy succéda à son père dans le direction des travaux publics de la province et en 1776 dans celle des travaux publics de la sénéchaussée de Carcassonne. Il l'a remplacé dans la direction des travaux du canal des Deux Mers.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Garnuchot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Emiland Gauthey

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Gentieu

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Gillet de Valbreuse

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Jean Gimet

Adjudicataire du pont de Langon en 1828.

En 1835 : M. Jean Gimet Fils aîné, propriétaire, demeurant à Bordeaux, rue Huguerie, n° 37.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Jules Goffard

Références :
1 - Annales des Ponts et Chaussées - 2ème série - Mémoires et Documents, Tome 10 - 1850 - p302-305.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Gorsse

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Gourdain

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Ingénieur Grangent

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Etienne Guercy

Références :
1 - Les Monuments de France -> Accès source

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Hanriana

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jules Hardouin-Mansard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Emmanuel Heré - 1705 - 1763

Informations issues de "Mémoires de la Société royale des sciences et belles-lettres de Nancy - 1862" par l'Académie de Stanislas - 1863.

M. Emmanuel Heré est né le 12/10/1705. Il contribua très largement à la construction de nombreux édifices de la ville de Nancy. Il décèda le 2/2/1763 et portait alors les titres de Premier Architecte du Roi (de Pologne), Ecuier, Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Humbert-Droz

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean Hupeau

Informations issues de "Etudes Historiques sur l’administration des voies publiques en France aux dix-septième et dix-huitième siècles" par JM. Vignon – Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées - Dunod Editeur – Paris - 1862.

Jean Hupeau fut Ingénieur des ponts et Chaussées alors sous la direction de Trudaine et le conseil de Perronet. Il prit le titre de Premier Ingénieur au décès de Germain Boffrand en 1754. Il décède en 1763.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Husson

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. D'Ingler

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Jacquet

Références :
1 - Nouvelles annales de la Construction - C.A Oppermann par Dunod à Paris, Tome 14 - 1868 - p13-14.

Ingénieur orinaire des Ponts et Chaussées en 1864 à Lyon.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean-Baptiste Biot - 1774 - 1862

Jean-Baptiste Biot, célèbre personnalité scientifique, apporta tant un concours technique que financier au projet ambitieux de chemin de fer de Lyon à Saint-Etienne. Il aida notamment l'équipe pour le choix du tracé, par la qualité de ses relevés topographiques.
Presque conscrit de Marc Seguin, il partageait manifestement des centres d'intérêt bien similaires.
Célèbre physicien, astronome et mathématicien du XIXème siècle, il participa notamment aux travaux entrepris en Espagne pour la mesure de la Méridienne et a laissé des traces sur la polarisation, la mécanique céleste, ...
Il est à noter aussi sa proximité avec les Montgolfier, puisqu'il réalisa la première ascension scientifique en ballon pour étudier le magnétisme terrestre.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Henri Jeannez

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Jégou d'Herbeline

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Joly

Ingénieur

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Joly-leterme

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

J.F. A Jordan

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Joret

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jules Seguin - 1796 - 1868

Neveu de Joseph de Montgolfier, Jules Seguin est frère de Marc et de 10 ans son cadet. Il travailla étroitement et efficacement avec ses frères (notamment Marc, Camille, mais aussi Paul, et Charles) bien qu'adoptant généralement une ligne générale et des positions indépendantes de ceux-ci. Sa créativité technique est certaine. Entrepreneur il crée d'abord avec son cousin Pierre François de Montgolfier la société Seguin, Montgolfier et Cie, puis prend la tête de la compagnie Jules Seguin.

Pendant la période 1826-1834, Jules fut le grand entrepreneur de ponts sous le nom "Seguin", dans la mesure où son frère Marc en avait l'interdiction, compte tenu de son contrat concernant la compagnie de chemin de fer. Ceci n'empêche des relations permanentes entre les frères !

Technicien remarquable, Jules fut donc à l'origine d'oeuvres remarquables comme Beaucaire ou Bry-sur-Marne

Par la suite, Jules s'associera au sein de la compagnie "Seguin frères", issue du "pacte de famille", dont il détiendra 1/4 du capital. Marc à ce stade semble avoir choisi une autre voie.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Kastner

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Kermengan (ou Kermaingant)

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Kleitz

Références :
1 - Nouvelles annales de la Construction - C.A Oppermann par Dunod à Paris, Tome 14 - 1868 - p13-14.

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à Lyon en 1864.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Kolly De Montgazon

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Krafft

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. de La Force

Références :
1 - L'administration des intendants: d'après les archives de l'Aube - 1880 - Henri d'Arbois de Jubainville par H. Champion à Paris - p88.

Ingénieur ordinaire du Roi - Généralité de Champagne vers 1728.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. La GALISSERIE

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Lacouture

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. L'ingénieur JS de Laffore

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

F. Lalier

Architecte à Valence.
Note : Deux écritures du patronyme rencontrées : Lalier et Lallier.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

J.F Lallié

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Corneille Lamandé

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Gabriel Larget

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. de Latombe

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ingénieur Laurent

M. LAURENT est ingénieur des Ponts et Chaussées dans les années 1835.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Le Bourgeois

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Le Gendre

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Le Joindre

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Le Masson

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Le Mercier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

P. Leblanc

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées (1833-1838). Fait nouveau pour l'époque, Il s'impliqua dans l'utilisation de l'armée pour la construction d'ouvrages publiques, notamment le pont de la Roche-Bernard.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Lebrun

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Lebrun jeune

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Leclerc(1850)

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Leclerc (1764)

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Le Creulx

"Travaux des Ponts et Chaussées depuis 1800" par M. Courtin - 1812 - p105.

M. Lecreulx fut inspecteur général des Ponts et Chaussées au début du XIXème siècle.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Paul-Léon Lehaître

Ingénieur civil à Lyon.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Lesdiguières - 1543 - 1626

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Letrain

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ingénieur Levaillant

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Liotard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Loguet

Ingénieur en chef de la Généralité d'Auch, puis de celle de Caen à partir de 1753, à l'époque de M. Trudaine.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Louis De Regemorte - 1715 - 1774

Informations issues de "Etudes Historiques sur l’administration des voies publiques en France aux dix-septième et dix-huitième siècles" par JM. Vignon – Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées - Dunod Editeur – Paris - 1862.
XVII p10, XVIII p59

Louis de Regemorte est le 3ème fils de Jean-Baptiste de Regemorte et frère de Noel de Regemorte, ingénieur d’origine hollandaise. Après ce chantier, Louis fut nommé Ingénieur de la province d’Alsace. Louis de Regemorte décéde en Mai 1774.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Maillot

Références :
1 - Traité de la construction des ponts - M. Gauthey (1732-1807) par M. Navier, Tome 1 - 1843 - p136.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur de Maisons

Seigneur de Maisons, Sieur de Longueil, président du Parlement

 

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Pierre-André Malboz

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Victor Mallein

Mr Victor Mallein est maire de La Sône, et fut d'abord, dans cette entreprise, adjudicataire à La Sone du Bac (fermier) avant 1833, puis lorsque que le projet de pont suspendu se présenta à cette même époque, il réunit les fonds et compétences pour soumissionner. Il gagna la consultation puisque seul soumissionnaire. Il devint donc constructeur et concessionnaire du nouveau pont qui se substituerait au bac. Il géra donc la concession jusqu'à sa revente à l'état en 1888 (la durée de la concession était initialement de 95 ans à partir de son ouverture au public en 1833). Une des clauses du cahier des charges précisait que l'adjudicataire devait être une personne locale.
Il fut (logiquement) l'un des plus ardents opposant à la construction du pont de Beauvoir en amont sur l'Isère.

Il s'opposa aussi, en 1887, au projet de rachat du pont de Beauvoir, non simultané à celui de La Sône, compte tenu du préjudice économique prévisible, lié à la gratuité induite par le rachat.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Charles-François Mallet - 1766 - 1853

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Lazare Mangini - 1802 - 1869

Lazare Mangini fut un collaborateur et ami précieux des frères Seguin. Il contribua fortement à la mise en place de la ligne de chemin de fer Saint-Etienne Lyon. Deux de ses enfants (Celine et Felix) épousèrent respectivement deux enfants de Marc Seguin : Augustin et Marie-Pauline.

Lazare et ses enfants furent de formidables entrepreneurs qui prendront une part croissante dans le développement de l'industrie lyonnaise.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Christofle Marie

Le 19 avril 1614, messire Nicolas Brulart, chevalier seigneur de Sillery, alors chancelier de France, passa, au nom du roi Louis XIII, avec le sieur Christofle Marie, un contrat par lequel ce dernier s'engageait à construire à ses frais un pont en pierre à Paris pour passer du quartier Saint-Paul au quartier de la Tournelle, moyennant qu'il lui serait fait abandon des terrains alors non bâtis de l'île Saint-Louis (qui s'appelait l'île Notre-Dame), pour y construire des maisons.

 

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Marnac

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Georges Martin

Références :
1 - Conseil général - Allier, Tome 1847 - 1847 - p99,132-133.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Pierre-Dominique Martin

Références :
1 - Actes du ... Congrès national des sociétés savantes, Tome 88 - 1963 - p478.

Adjudicataire du pont de St Jean de Blagnac en 1832 et constructeur du pont de Langon.

En 1835 : ingénieur en retraite, demeurant a Bordeaux, rue Montnigean, n° 10.

Emile Martin, fils de Dominique Martin obtint l’adjuducation du pont des Saint-Pères (1831) et entreprit le pont suspendu de Cosne

 

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Emile Martin

Références :
1 - Bulletin des lois - 1832 du 7/6/1832

Fils de Pierre-Dominique Martin

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieurs Masur

Références :
1 - Bulletin des lois - 1842 du 3/4/1842
2 - Annales des Ponts et Chaussées - 2ème série - Mémoires et Documents, Tome 2 - 1842 - p387-390.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ingénieur M. Maurette

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Migneron de Broqueville

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Vincent Mignot - 1798 - 1856

La famille Mignot est une famille d'Annonay amie des Seguin. Vincent Mignot épouse Thérèse Seguin, soeure cadette de Marc, qui malheureusement décèdera jeune à l'âge de 24 ans en 1823. Vincent Mignot travaille donc de façon très proche des frères Seguin, et fonde sa propre compagnie, la Compagnie Mignot frères. A noter qu'un des fils de Marc Seguin (Etienne) épousera une fille Mignot (Celine).

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Moisset - 1741 - 1827

(Extrait de Wikipédia) - Louis Moisset est un ingénieur français, né le 29 janvier 1741 à Civry (actuellement en Eure-et-Loir) et décédé le 13 novembre 1827 à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Il travailla pendant quatorze années à la Carte de Cassini, notamment au levé de la planche de Bordeaux, de Bayonne (n° 139), Orthez (n° 107), Pau (n° 108), Saint-Jean-Pied-de-Port (n° 140), Cauterets (n° 108+) et Bagnères (n° 76).
En 1776, Louis Moisset sollicita de Trudaine de Montigny un emploi dans le service des Ponts et Chaussées, bien que n’ayant jamais été élève de l’École des Ponts et Chaussées. Grâce à la protection de Perronet (entre autres), il devint en 1777 sous-ingénieur des ponts et chaussées du Pays d’État de Bigorre, en résidence à Tarbes.
Il s'impliqua dans le développement des sources thermales de Barèges (captage des sources et construction des piscines).

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Henri Monniot

Architecte à Châtillon-sur-Seine

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Pierre François de Montgolfier

Pierre-François de Montgolfier est le fils de Joseph de Montgolfier, célèbre co-inventeur des ballons à air chaud ou aérostats, du parachute et d'autres inventions. Il est vraisembable que compte-tenu des liens spécifiques qui s'étaient établis entre Marc Seguin et son grand oncle Joseph de Montgolfier, il y ait eu des relations particulière entre Pierre-François et Marc et ses frères. Toujours est-il que Pierre-François apportera une contribution réelle (technique et financière) aux entreprises de Marc Seguin et ses frères. Il déposa lui-même des brevets notamment sur la navigation fluviale motorisée.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. de Montrocher

Sous-ingénieur dans la généralité de Champagne vers 1760.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean-Antoine Morand

En 1766, deux projets d'extension de LYON s'affrontent. Celui de Michel-Antoine Perrache qui consiste à viabiliser la presqu'île de Lyon, en aval d'Ainay et ce façon concurrente, celui de Jean-Antoine Morand qui plaide en faveur d'une expansion circulaire sur la rive gauche du Rhône – rive jusqu'alors hostile et étrangère -et de la création du nouveau quartier des Brotteaux au nord de la Guillotière. Ce projet, conçu en 1764, obtint finalement gain de cause. La compagnie Morand fondée à cette occasion est pilote du projet et obtient par ailleurs le monopole des traversées de Saint Clair en amont à la Guillotière en aval. Elle aura donc la responsabilité de la construction de tous les ponts de Lyon en amont de celui de la Guillotière.
Le premier pont construit est le pont Morand, en bois. Sa construction dura 4 ans de 1771-1775.
Lorsque les ponts suspendus démontrèrent leurs qualités, après 1825, la compagnie en construira de nombreux.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Mounier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Paul Mouton

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Marc Seguin - 1786 - 1875

Références :
1 - Souvenirs de la Vie privée de Marc Seguin. 1786 - 1875 - 1926 - René de PRANDIERES par Lyon
2 - Fonds d'archives Seguin - aux origines de la révolution industrielle en France - 1997 - Michel Cotte par Archives Départementales de l'Ardèche
3 - La vie du Rail, Tome 634 - Albert Duluc - 16/02/1958

Petit neveu de Joseph de Montgolfier, Marc Seguin travailla étroitement et efficacement avec ses frères (notamment Camille Seguin , mais aussi Jules Seguin , Paul, et Charles) qui contribueront aussi largement à ses succès. C'est la raison de sa signature "l'Aîné". Il est difficile de rendre à chacun la part qui leur revient dans cette association, Marc apparaissant sans conteste le leader, par son génie, son aptitude à organiser, et son sens de l'entreprise.
Marié en 1813 avec Augustine DURET, il eut treize enfants ; veuf en 1837, il se remaria en 1839 avec Augustine de MONTGOLFIER qui lui donna encore six enfants.
Il fut tant un inventeur qu'un entrepreneur célèbre. Le développement complet de ses principales entreprises (ou celles de son entourage direct) est proposé sur un site entièrement consacré à son oeuvre.

M. Seguin fut l'inventeur des ponts suspendus, et aussi de la chaudière tubulaire. Mais ses inventions ne se limitent pas à ces deux points.

 

Il avait le sens des affaires et du management et accompagnait ses inventions d'un déploiement industriel remarquable :

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Muel

Références :
1 - Bulletin des lois - 1839 du 6/7/1839

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Claude Navier - 1785 - 1836

Claude Navier, professeur à l'Ecole des ponts et chaussées fut un précurseur malheureux dans l'histoire des ponts suspendus. Il fait partie des premiers observateurs français envoyés en 1821 et 1823 pour analyser l'innovation anglaise relative aux ponts suspendus.
Concurrent de Marc Seguin et nommé expert technique du projet Seguin pour la Direction des Ponts et Chaussées, il s'oppose, devant l'Académie des Science, à l'utilisation des fils de fer pour la suspension des ponts. Sa première entreprise à Paris au pont des Invalides fut un echec puisque ledit pont fut démoli avant même d'avoir été achevé, suite à la rupture d'une des suspensions à chaînon.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Neuvesel

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Noel De Regemorte - 1710 - 1801

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Oppermann

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Oudry

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Ozou

Le Sieur Ozou est négociant à Trèguier quand il investit dans la construction et l'exploitation de pont suspendu dans les environs de Tréguier. Sa collaboration avec les Seguin sur le pont de Lézardrieux sera toutefois interrompue rapidement.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Claude Joseph Camille Paret

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Inspecteur Payen

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Antoine-Michel Perrache - 1726 - 1779

à complèter

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean-Rodolphe Perronet - 1708 - 1794

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Perroud

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Pertinchamp

Selon Travaux des Ponts et Chaussées depuis 1800 par M. Courtin en 1812, Claude-Yves-Joseph La Ramée Pertinchamp (Baron de l'Empire) (le nom de Pertichamp apparaît aussi dans certains ouvrages) s'impliqua aussi dans la construction du Pont de la Stura , sur la Stura de Lanzo , route de Paris à Milan, par le Mont Cénis et Turin dont les caractéristiques sont : en charpente, les culées en pierre, 11 travées de 8m, 85 (27 pieds) d'ouverture. Sa longueur totale est de 99 mètres ( 3o4 pieds ), sa largeur de 7 mètres (21 pieds).
M. Pertinchamp s'impliqua aussi dans la construction du pont de Carignan sur le Pô, qu'il débuta en 1809, et dans celle du pont Vittorio Emanuele à Turin sur le Pô (de 1810 à 1814).

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Picault

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Picot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Bernard Pillore

Références :
1 - Revue de l'Agenais - , Tome 135 - 2008

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Pitot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Pitrou

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Bruno Plagniol

Bruno Plagniol est ingénieur des Ponts et Chaussées du secteur de Tournon quand il commence en 1821 sa collaboration avec Marc Seguin, dans le projet du premier pont en fil de fer qui sera établi à Tournon en 1825.
B. Plagniol fut donc précurseur et collaborateur précieux de M. Seguin dans l'aboutissement de ce projet phare. Cette collaboration se concrétise le 1° Avril 1822 par la rédaction conjointe du rapport "Description d'une passerelle en fil de fer à construire sur le Rhône entre Tain et Tournon". Un deuxième rapport est déposé en Novembre 1822.
Il semble toutefois qu'après 1822, les idées de Plagniol et de Seguin divergent.
Michel Cotte indique dans (1) la réalisation de la passerelle de la Payre entre 1822 et 1823.
B. Plagniol continue de s'impliquer dans la construction des ponts puisqu'on le retrouve présent dans la construction du pont de Bourg Saint Andeol.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Entrepeneur Plouard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Pointurier

Ingénieur civil à Dôle (Jura)

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Pollard

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Antoine Rémi Polonceau - 1778 - 1847

Références :
1 - Description de plusieurs perfectionnements exécutés au Pont de Carrousel - 1845 - M. Polonceau
2 - Antoine-Remy Polonceau (1778-1847) - Un Homme libre - 10-2011 - Denis Hannotin, Christine Moissinac par Presse des Ponts à Saint-Etienne
3 - La littérature française contemporaine: XIXème siècle ... Le tout accompagné de notes biographiques et littéraires - 1857 - Joseph Marie Quérard par Daguin frères - p51.
4 - Notice sur le nouveau système de ponts en fonte suivi dans la construction du pont du Carrousel - 1839 - A.R Polonceau par Carilian-Goeury et Ve Dalmont à Paris
5 - Pont en fonte exécuté à l'entrée du parc de Maisons, en 1822 - 1829 - M. Polonceau par Carilian-G%u0153ury à Paris

Polytechnicien (1796 corps des ponts et chaussées), Antoine Rémi Polonceau mena des constructions de routes dans les vallées alpines, dirigea les service de navigation de la Seine, et fit d'importantes études concernant diverses lignes de chemins de fer, dont celle de Chemin de fer Paris(Rive Gauche) - Versailles en coopération avec Marc Seguin et freres

Il développa une technologie particulière pour la construction des ponts en fonte, qu'il appliqua en 1834 à la construction du Pont du Carrousel ou des Saints-Pères - Paris . Cette technologie trouvera de multiples applications sur d'autres ponts en France, voire au-delà.

Ces principes techniques seront synthétisés dans un mémoire "Description de plusieurs perfectionnements exécutés au Pont de Carrousel" qu'Antoine Rémi Polonceau publia en 1845.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Camille Polonceau - 1813 - 1859

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Frères Pontifs

Au Moyen-Âge, au moment où l’anarchie féodale était à son apogée, des pèlerinages réunissent à époque fixe autour de sanctuaires vénérés une foule pieuse, venue des contrées circonvoisines, quelques fois même de tous les points de la chrétienté. Aux vues des dangers et fatigues subies par les pèlerins, des quêtes, des fondations œuvrent pour leur venir en aide. Progressivement les ponts sur les grandes rivières, l'organisation de bacs, la mise en place d'hopitaux à proximité des rivières furent alors objet de leur préoccupation.
Les constructions de ponts devinrent alors des œuvres méritoires de piété et de charité au même titre que la construction d’églises, ou de se dévouer au service des malades.
Pour ces ponts, il fallait des constructeurs : l’ordre des frères pontifes, ou Frères des Ponts, est fondé en XIIème siècle (ou peut-être même avant) : pontifex = constructeur de ponts, pontificare = faire un pont. Cet Ordre (est-ce un ordre unique ?) trouve son éclat au commencement du XIIIème.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Portail

Premier président du parlement,

 

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Paul Seguin - 1797 - 1875

Paul Seguin fut le second de bien des entreprises de ses frères. On lui confère de forte capacité technique et aussi de négociateur dans les conflits sociaux.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Antoine Puiné

Références :
1 - Description des villes et campagnes du département de l'Yonne - Victor Petit par Ch. Gallot à Auxerre, Tome 2eme - 1870 - p53-54.
2 - Traité de la construction des ponts - M. Gauthey (1732-1807) par M. Navier, Tome 1 - 1843
3 - Les Ponts Modernes - 18EME-19EME siècles - 1990 - Bernard Marrey par Picard - p100.

Collègue de Sieur Emiland Gauthey .

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Achille Siméon Marcel Pelevin Pujol

Références :
1 - Annales des Ponts et Chaussées - 1ère série - Mémoires et Documents, Tome 1840 - p246-252.
2 - Bulletin des lois - 1839 du 16/11/1839
3 - Site 'Le Pays Cevennes' -> Accès source

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ingénieur Quauvelin

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Jean-Pierre Quénot

Références :
1 - Bulletin des lois - 1834 du 9/11/1834
2 - Bulletin des lois - 1835 du 30/6/1835

Ingénieur civil, chevalier de la légion d’honneur, domicilié à Paris.    

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Querret

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Quilhet

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur de Rangot

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Rapatel

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

René de Prandières

René de Prandières est un des gendres de Marc Seguin, il épouse sa dernière fille Louise-Marie (née en 1861). Il est Ingénieur des Arts et Métiers.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Robin

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Rouyer

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Sieur Ferdinand Ruiz

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Joseph-Marie de Saget - 1725 - 1782

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Joseph-Leopold Saget - 1748

Saget ( Joseph-Léopold), ancien membre du corps législatif, inspecteur divisionnaire des ponts et chaussées, chevalier de la Légion-d Honneur, membre du conseil général du département et de la société des sciences, arts et agriculture de la Moselle, est né à Metz le 10 octobre 1748. Il était fils de Léopold Saget chirurgien en chef de l'hôpital militaire, et de dame Régnier.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Rodolphe Salsguéber - 1725 - 1782

Officier de la garnison de Thionville, capitaine d'une compagnie franche de suisses qui a eu longtemps son quartier à Thionville dans la deuxième moitié du XVIIème siècle.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

J. Frossard de Saugy

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean-François-Théophile Sauzet

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Savarin

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Marc-François Seguin (père) - 1757 - 1832

Marc François Seguin fut le fondateur de la société Seguin et Cie. Il fut souvent le membre "modérateur et critique" à l'égard des entreprises de ses fils. Sa compétence juridique fut aussi très utile aux fils. Sa notoriété à Annonay fut importante et nous le voyons là en habit de juge du tribunal de commerce.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Sordan

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Souffron

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M Sainte-Claire

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Georges Stephenson - 1781 - 1848

Georges Stephenson a eu une activité similaire à celle de Marc Seguin , mais en Angleterre à Newcastle, inventant le principe de la traction à vapeur sur voie ferrée, construisant le premier tunnel ferroviaire en 1826, développant tant le principe de la traction que l'infrastructure ferrée, et construisant la première usine de locomotive à vapeur.

Georges Stephenson mit en place à Newcastle la première voie ferrée commerciale entre Stockton et Newcastle en 1825, puis de Liverpool à Manchester (1826-1830). Il s'inspira par ailleurs des travaux de Marc Seguin pour perfectionner sa première locomotive, et gagner le concours de vitesse avec "The Rocket" en 1829.

Son fils Robert (1803-1859) inventa le principe de construction des ponts métalliques tubulaires.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Sully

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Surville

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Thomas Arnodin - 1811 - 1866

Thomas ARNODIN, père de Ferdinand Arnodin   est né à Arcueil en 1811. A l'âge de 18 ans, en novembre 1829, Thomas est déjà employé par les Marc Seguin et freres à Lyon où il participe aux essais de la locomotive Marc Seguin, Locomotive à vapeur équipée d'une chaudière à vapeur tubulaire de type Stephenson, destinée au futur Chemin de fer de St Etienne à Lyon . Vers 1837, Thomas sera employé par les Marc Seguin et freres à Chatillon-sous-Bagneux lors de la construction du Chemin de fer Paris(Rive Gauche) - Versailles , dont les ouvrages d'art et notamment le monumental Viaduc de Meudon sont réalisés avec les pierres des carrières de Chatillon, où Thomas habitait, chez sa mère. Il continuera toute sa vie avec les Marc Seguin et freres notamment sur le chantier du Pont d'Elbeuf où il se marie, puis à Lyon en 1844 et 1845 comme conducteur de travaux d'art lors des naissances de ses fils dont Ferdinand . Il habite alors à La Mulatière de l'autre côté du pont par rapport aux Etablissements Seguin. La suite de sa carrière se fera à Chateauneuf-sur-Loire, travaillant sur les ponts suspendus des frères Seguin, mais, semble-t-il, progressivement avec un statut d'entrepreneur indépendant. Il mourra en 1866 à Lorient à l'occasion de travaux d'entretien du Pont de Kermelo-Lorient .

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Tardif

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Armand Thevenet

L'ingénieur Armand Thévenet fut l'un des chefs de chantier des Seguin à Tournon, avant de prendre à son compte la réalisation d'ouvrages.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Eugène Thomas

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Thoré

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Thouret

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Varaigne

Références :
1 - Traité de la construction des ponts - M. Gauthey (1732-1807) par M. Navier, Tome 1 - 1843 - p138.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Vareigne

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean-Isidore Vaugré

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Ingénieur Vestier

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Louis-J. Vicat - 1786 - 1861

Louis Vicat fut contemporain (en fait conscrit) et ami de Marc Seguin. Ils travaillèrent ensemble à la construction du pont suspendu d'Argentat. Il est aussi vraisemblable en tant qu'ancien polytechnicien, il eut des contacts avec G.H Dufour, et ensemble contribuèrent à l'avénement des ponts suspendus en fil de fer en France!
Il travailla aussi de concert avec Chaley sur "aerial cable spinning in place of prefabrication (?) "

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Vigoureux

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Vimal Dupuy

Ingénieur des ponts et chaussées vers 1840.

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

VimarNous sommes désolés, mais la base semble comporter une erreur, merci de nous la signaler

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Jean-Baptiste de Voglie

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Wenger

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

M. Werbruge

Pour plus de détail cliquez sur ce lien

Retour Marc Seguin - Ses réalisations
Retour Histoire détaillée des ponts au XIXème
Retour Le Franchissement des fleuves au XIXème