Warning: array_keys() expects parameter 1 to be array, null given in /homepages/9/d104619095/htdocs/aff_attrib.php on line 6

Warning: in_array() expects parameter 2 to be array, null given in /homepages/9/d104619095/htdocs/aff_attrib.php on line 6

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Tous les grands projets de Marc Seguin et freres recensés sur art-et-histoire.com

15 grands projets identifiés

Informations notamment extraites de
Les fonds d'archives Seguin - aux origines de la révolution industrielle en France
M. Cotte, 1790-1860, Privas, Archives départementales de l'Ardèche, 1997

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Seguin & Cie -


Synthèse :

La fabrique de draps fut l'activité d'origine de la société Seguin et Cie fondée par le père des frères Seguin >Marc-François Seguin.

Cette activité qui, dans un premier temps reposait principalement sur du négoce, engagea progressivement les frères dans une prospection commerciale de plus en plus étendue. L'évolution en 1815 de la société vers la fabrique de draps et non le négoce, impliqua aussi une connaissance de plus en plus précise des outils nécessaires à la fabrique de drap : connaissance de la mécanique, connaissance de l'hydraulique, apport de la vapeur comme source d'énergie pour ces machines, connaissance de la chimie, ...

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Seguin & Cie -


Synthèse :

Cette activité fut en vérité l'aube du développement des activités des frères Seguin, dans la mesure où ils s'écartaient de leurs métiers traditionnels de drapiers pour aller dans celui très technique des machines, catalyseur de la révolution industrielle.
Parmi les machines dont les Seguin s'occupèrent à des titres tout à fait variables, on notera des machines à carder, à lainer, à filer, à tondre.
Mais l'expérience la plus significative fut l'installation de la machine à papier de l'usine Canson, précurseur de l'usage de la vapeur dans les métiers industriels.

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Seguin & Cie -


Synthèse :

Afin d'accroître son expérience industrielle, mais aussi pour compenser la diminution des ventes des draps, activité traditionnelle de Seguin et Cie, Marc Seguin fonde une manufacture de feutres pour papeterie sur les bords de la Cance vers 1820 près de St Marc, Annonay sa ville natale. C'est déjà à cette occasion qu'il expérimente les premier pont suspendu en 1823. Dans cette première expérience industrielle, Marc Seguin montre déjà un génie inventif hors du commun.

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Compagnie non identifiée -
Ouvrages(s) associés : Eclairage au gaz de la ville de Lyon - 1823, Eclairage au gaz de la ville d'Annonay - 1845,


Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres - Lazare Mangini -.
Compagnie(s) : Cie Ch. de fer St-Etienne-Lyon -
Ouvrages(s) associés : Tunnel de la Mulatière (Lyon) - 1831, Tunnel de Terre-Noire (St-Etienne) - 1832, Tunnel de Couzon (Rive-de-Gier) - 1830, Gare d'eau de Perrache (Lyon) - 1830, 1ère Gare ferroviaire de Perrache - Lyon - 1830, Pont d'Izieux - 1828, Pont d'Ouzion - 1828,


Synthèse :

C'est véritablement une des entreprises phares de Marc Seguin. Avec une énergie remarquable, il surmonta l'ensemble des obstacles pour la création de la première ligne commerciale de chemin de fer en France, reliant alors Saint-Étienne à Lyon. Et aucun obstacle lui fut épargné: élaboration du tracé, rachat des terrains, mise en place des infrastructures ferroviaire,(tunnel, ponts, gare..), construction des locomotives et autres dispositifs roulant, mise en place de la société d'exploitation, lutte contre les contradicteurs scientifiques ou sociaux, ...
Il fut le premier aussi à pousser l'utilisation de la vapeur comme énergie de traction, inventa à ce titre un concept totalement novateur pour décupler la puissance des chaudière à vapeur.
Débuté en 1825, ce chantier titanesque aboutit à un premier tronçon de ligne de Givors à Rive-de-Gier, ouvert le 28 juin 1830.

Au début de 1831, la locomotive Seguin remorquait de Givors à Rive-de-Gier plusieurs wagons. Le 4 avril 1833, la liaison est ouverte dans sa totalité.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Seguin Montgolfier d'Ayme & Cie -
Ouvrages(s) associés : Chantier naval d'Andance - 1826,


Synthèse :

Après son expérience très positive à Tournon, Marc Seguin fonde en 1825 une société de halage par la vapeur sur le Rhône la société Seguin, Montgolfier, d'Ayme et Cie. Elle officiera entre Arles et Lyon, et comprendra plusieurs bateaux, dont le "Ville d’Annonay" qui sort du chantier d'Andance en 1826. Un second "Le Voltigeur" est mis à flot. Malheureusement ces bateaux sont alors équipés de chaudières anglaises, de puissance bien insuffisante. Leur mise en service rencontre de nombreux déboires.
Ces tentatives, coûteuses et prématurées, aboutirent à la liquidation de la société en 1828 ; Marc Seguin, dont ce fut le seul demi-échec dans sa vie, fut néanmoins précurseur dans ce domaine.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Seguin & Cie - Cie Jules Seguin - Seguin, Montgolfier & Cie - Seguin freres - Compagnie des ponts Napoléon - Société des ponts à péage - Mignot frères -


Synthèse :

Il est vraisemblable que les premières réalisations des frères Seguin avaient pour but le développement industriel des entreprises que Marc l'Aîné érigeait : tout d'abord sur la Cance pour sa première manufacture, puis sur Tournon, Andance et Sablons pour désenclaver Annonay, ...Par la suite l'activité d'entrepreneur se développa bien au-delà de la région, et déborda même les frontières françaises (Italie). Nous ne connaissons pas le nombre total de ponts construits par les frères Seguin sur la base de l'invention sur l'utilisation des fils de fer pour la construction des ponts suspendus. Il semble qu'en 1841, on en comptait déjà 210 (selon notre base au 01/06/2007)! D'autres sources nous laissent à penser que plus de 500 ponts ont été construits sur le modèle Seguin.

Tous les ponts Seguin sont présentés sur une page spéciale.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Jules Seguin -.
Compagnie(s) : Cie Jules Seguin -


Synthèse :

Jules Seguin s'intéresse dès 1820 à la fonderie, et y fait ses premières apprentissages du contexte industriel. Il apporte de ce fait une compétence sérieuse dans la connaissance de la production des métaux, et des machines telles que les presses hydrauliques ou les béliers.
Il met en place à Lyon un atelier de fonderie de seconde fusion et de mécanique qui s'installera sur la presqu'île de Lyon juste viabilisée. Cet atelier produit les câbles et fil de fer nécessaires à la construction des ponts. Les suspensions Seguin sont aussi vraisemblablement vendues à d'autres entrepreneurs de ponts suspendus.

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres - Antoine-Michel Perrache - Lazare Mangini -.
Compagnie(s) : Seguin & Cie -
Ouvrages(s) associés : Gare d'eau de Perrache (Lyon) - 1830, 1ère Gare ferroviaire de Perrache - Lyon - 1830, Pont de la Mulatière (Lyon) - 1830,


Synthèse :

Quand Marc Seguin s'interesse à la presqu'île de Lyon, entre le Rhône et la Saône comme terminal de la ligne de chemin de fer St Etienne Lyon, la partie qui s'étendait au-delà d'Ainay, était dans un état d'inachèvement et d'insalubrité extrême.

En effet, l'ingénieur Perrache qui avait présenté son projet en 1766 n'avait eu ni le temps ni les fonds pour effectivement achever cette tâche titanesque.

Marc Seguin réussit à convaincre en 1827 la Ville et son maire de l'Epoque de céder à la Compagnie des Sieurs Seguin, les terrains au Sud de la gare d'eau, en échange du remblaiement de ces terrains, et de l'engagement à favoriser l'emplacement d'une quinzaine d'établissements industriels.

Et donc en 1832, le rail arrive au débouché du pont de la Mulatière sur des terrains viabilisés, un hangar y étant provisoirement construit faisant office de débarcadère, la première gare ferroviaire lyonnaise.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Mignot frères -
Ouvrages(s) associés : Gare d'eau de Givors - 1831, Gare ferroviaire de Givors - 1830, Pont de Chasse (Givors) - 1837,


Synthèse :

Construite en 1831, la gare d'eau de Givors a connu son heure de gloire par l'efficace concurrence qu'elle exerça sur le canal Rive-de-gier Givors. Son tonnage atteignit alors les 100.000 tonnes. Mais son succès se fit de courte durée, car elle fut elle-même concurrencée par le chemin de fer de la compagnie Saint-Etienne Lyon qui l'avait mis en place, puis de la compagnie PLM qui l'acquit complètement en 1864. Dès lors elle fut volontairement laissée à l'abandon.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres - Antoine Rémi Polonceau -.
Compagnie(s) : Seguin freres -
Ouvrages(s) associés : Tranchée de Clamart - 1840, Viaduc de Meudon - 1840,


Synthèse :

Malgré les difficultés rencontrées dans la précédente réalisation, Marc Seguin se lançe en 1840 (il a alors 54 ans) dans un autre chantier titanesque, celui de la construction d'une nouvelle voie ferrée reliant la Rive Gauche de Paris à Versailles.
Ce projet fut mise en oeuvre parallèlement à un autre projet : Le projet Versailles- Paris par la rive droite, qui fut ouvert au public un an plus tôt.
Cette expérience fut une des plus dures pour l'entrepreneur, et fit même une brèche sensible à sa fortune. Ceci fit suite aux difficultés imprévues notamment la construction de l'audacieux viaduc des Moulineaux (viaduc composé d'une trentaine d'arche, toujours d'actualité puisqu'utilisé par le RER C).
Cette ligne fut le théatre du premier grand accident ferroviaire de l'histoire des Chemins de fer français, le 8 Mai 1842, lors duquel périt un scientifique célèbre : Jules Dumont d'Urville

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marie Fortuné de Verges -.
Compagnie(s) : Compagnie non identifiée -


Synthèse :

Le chemin de fer de Bordeaux à La Teste fit l'objet d'une loi votée le 17 Juillet 1837. La ligne de 52 km est destinée à vivifier les Landes de Gascogne, et bien sûr de relier Bordeaux au port de La Teste, qui était le seul point d'entrepôt des produits des Landes. L'adjudication fut passée à M De Verges le 26 Octobre en contrepartie d'une concession de 34 ans et 8 mois seulement.

La mise en exploitation eut lieu en 1841.

La rentabilité insuffisante de la ligne obligea une mise sous séquestre de la compagnie le 30 Octobre 1848, et l'implication de l'Etat par l'ouverture d'un crédit particulier pour permettre de reprendre l'exploitation de la ligne.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : J. Frossard de Saugy - Augustin Seguin - René de Prandières -.
Compagnie(s) : Sté des Chantiers de la Buire -


Synthèse :

Fondés en 1847, Les chantiers de la Buire sont une entreprise singulière de Lyon, dont Augustin Seguin assura la direction de 1866 jusqu'à son décès en 1904. Cette entreprise de construction métallique s'impliqua avec un franc succès dans la production de matériels roulants pour le chemin de fer, mais participa aussi à l'essor de la construction automobile. Il se diversifia aussi dans des construction particulières comme les métiers à tisser, les moteurs électriques ou les lunettes astronomiques.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Seguin & Cie -


Synthèse :

L'implication de Marc Seguin dans la papeterie est dans un premier temps tout à fait opportuniste : Barthélemy Canson lui offre l'opportunité d'analyser le savoir-faire des anglais dans la conception mécanique de machines (entre 1804 et 1822). Il semble que Marc Seguin ait directement et personnellement assisté l'installation de ces machines innovantes acquises par B. Canson pour les besoins de l'entreprise CANSON & MONTGOLFIER.
Cette entreprise a une longue histoire puisque, dès 1557, nous notons la création du moulin à papier de Vidalon par la famille Montgolfier. La raison sociale CANSON & MONTGOLFIER apparaît en 1807. Elle fait suite à l'union des familles Canson et Montgolfier en 1798.
Finalement, Marc Seguin acquiert les papeteries CANSON ET MONTGOLFIER en 1861, avant d’en confier la gérance à l’un de ses gendres.

Synthèse :

Contributeurs(s) : Marc Seguin et freres -.
Compagnie(s) : Compagnie non identifiée -
Ouvrages(s) associés : Mine de la Béraudière (St-Etienne) - 1832, Mine du gagnepetit de Terre-Noire (St-Etienne) - 1832,