Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Chantier naval d'Andance

Chantier naval d'Andance - 1826

Département : Ardèche, A proximité de : Andance
Type d'ouvrage : Chantier naval
Destruction de l'ouvrage : 1828
Architecte(s) : Marc Seguin et freres - ; Compagnie(s) : Seguin & Cie - .
Grand projet: Entreprise de halage à la vapeur sur le Rhône, .
Version du texte : V1.1, Niveau de fiabilité : moyen

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Les ouvrages dans la même ville de Andance : Tous les ouvrages, : Pont d'Andance - 1827, Chantier naval d'Andance - 1826, Pont sur la Cance (Andance) - 1813,

Références :
1 - Fonds d'archives Seguin - aux origines de la révolution industrielle en France - 1997 - Michel Cotte par Archives Départementales de l'Ardèche

Marc Seguin fonde en 1825 une société de halage par la vapeur sur le Rhône, entre Arles et Lyon, la société Seguin, Montgolfier, d'Ayme et Cie. Pour pourvoir cette entreprise en bateau à vapeur compatible avec le service attendu, Marc Seguin met en place à partir de février 1826 un nouveau chantier naval à Andance. De ce chantier sortent donc plusieurs bateaux, sur le principe de l'époque, breveté par Pierre François Montglofier (Fils de Joseph et donc oncle par alliance de Marc Seguin) et d'Ayme en 1817, à savoir :

  • des remorqueurs dont la mission est de se tracter pour l'enroulement d'un long cable de chanvre
  • des voltigeurs, bateaux plus mobiles dont la mission est de remonter le fleuve, afin d'amarrer à la berge le long câble de chanvre utilisé par les remorqueurs.

Le concept de bateau à vapeur n'est encore à cette époque que très peu répandu, et il faut donc dans un premier temps adapter le principe même de la machine à vapeur à la navigation fluviale.

Les deux premières machines à vapeur sont achetées à Londres fin 1825 chez Martineau-Taylor, sur la base de plans et de concepts émis par Marc Seguin en 1825.

Le premier bateau qui sort du chantier en 1826, équipé de la première machine est donc un voltigeur baptisé "Ville d’Annonay". C'est le premier bateau à vapeur qui remontera le Rhône d'Arles à Lyon. a mise en service rencontre toutefois de nombreux déboires/insatisfaction, notamment sa puissance bien insuffisante.

Un second bateau est donc mis en chantier pour corriger les premiers défaut constatés. Il reprend la chaudière du premier. Ce deuxième voltigeur" est mis à flot mi 1827, sans grande satisfaction des concepteurs.

Le troisième bateau, de type remorqueur, et baptisé "Le Remorqueur" qui sort du chantier pendant la même période, avec une chaudière très largement modifiée.

C'est avec ce dernier que Marc Seguin pourra effecteur avec succès le halage de péniche entre Givors et Lyon.

Ces tentatives, coûteuses et prématurées, aboutirent à la liquidation de la société de halage en 1828. Pour plus d'autres précisions sur cette entreprise, cliquez sur ce lien.

C'est aussi à Andance et pendant cette même période que Marc Seguin par l'intermédiaire de l'ingénieur Thouvenet, construit le pont suspendu d'Andance.