Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Pont de Buzet sur la Baïse (Vianne)

Pont de Buzet sur la Baïse (Vianne) - 1838

Fleuve franchi : la Baïsse, département : Lot-et-Garonne, à proximité : Buzet-s-baise
Type d'ouvrage : Pont suspendu en fil de fer
Architecte(s) : Marc Seguin et freres - ; Compagnie(s) : Seguin freres - .
Longueur totale : 60m, Nombre d'arches/travées : 1,
Décret, le : 18/7/1836 - Ouverture au public : 19/8/1838 - Durée concession : 53 ans 6 mois - Coût de construction : 41327 Fr -
Version du texte : V2.3, Niveau de fiabilité : fort

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Références :
1 - Bulletin des lois - 1836 du 18/7/1836
2 - Fonds Seguin par Archives Départementales de l'Ardèche, Tome 41J87

La construction d'un pont suspendu sur la Baïsse, à proximité de Vianne et proche de l'embouchure avec la Garonne en remplacement du bac, est prévue dès 1838, date de l'enquête d'utilité publique.

Le coût de construction est évalué par les frères Seguin à 41 327 Fr. La concession de péage obtenue par le concessionnaire en contre-partie de son investissement est de 53 ans et 6 mois. Aucune subvention n'est accordée par l'Etat. Le pont a une longueur de 60 mètres pour une largeur de 4.40 m. Il est mis en service 19/8/1838.

Un bureau d'octroi est situé à chaque extrémité du pont, les péages étant prélevés dans le département jusqu'au dernier quart du 19e siècle, comme ceci était le cas pour la plupart des ponts de cette époque ! Les parties métalliques ont été refaites en 1949.

Evolution quantifiée des flux sur le Pont de Buzet sur la Baïse (Vianne)

A l'époque considérée, les ponts étaient à péage, et donc généraient des recettes en direct rapport avec les flux de personnes et de marchandises empruntant l'ouvrage.
Nous avons pour une vingtaine d'entre eux, retrouvé dans le fonds d'Archive Seguin, déposé aux Archives départementales de l'Ardèche, les relevés des recettes générées.

Elles ont été ci-après mises en forme. Elles sont malheureusement incomplètes.
Nous avons privilégié l'évolution de la recette sur la base de la première année de recette pleine (en rouge).
Un coefficient de "1" signifie que la recette de l'année considérée est égale à la première année pleine, un coefficient de "2" indiquerait que le flux a été deux fois plus important (les tarifs sont fixes sur cette période et définis par arrêté gouvernemental).
Par convention, nous avons affecté le coefficient "0" lorsque le relevé n'était pas disponible.
Disposant des relevés pour cette vingtaine d'ouvrages, nous avons aussi mentionné (en vert) l'évolution moyenne constatée.

L'analyse de ces graphes mérite de prendre en compte a minima les évènements ayant trait à l'ouvrage (destruction, crues, reconstruction) mais aussi présence d'un nouvel ouvrage à proximité, de fait \"concurrent\". Malgré cela, ces courbes sont à l'image de l'activité de la ville ou de la région considérée.