Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Pont de Confolent France entière

Pont de Confolent - 1863

Fleuve franchi : la Loire, département : Haute-Loire, à proximité : Confolent
Type d'ouvrage : Pont suspendu en fil de fer
Ouvrage toujours en place (2004)
Architecte(s) : Adolphe Boulland ,.
Remise en état par la(les) compagnie(s): Entreprise Arnodin .
Longueur totale : 140m , Nombre d'arches/travées : 1, Plus grande portée : 140m
Décret, le : 22/3/1862 - Ouverture au public : 01/01/1863 - Durée concession : 27 ans 11 mois
Version du texte : V1.4, Niveau de fiabilité : fort

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine - Région Méditerranée - Nord Afrique -

Références :
1 - Site sur la ville de Beauzac
2 - Bulletin des lois - 1862 du 22/3/1862
3 - Fonds d'Archives Arnodin - D. Chénot

La demande de franchissement de la Loire au niveau de Confolent (à proximité de Beauzac) était rendue de plus exigeante, notamment pour le transport de pierres en provenance de la carrière de Pont de Lignon, et le service du bac en place ne suffisait plus. En conséquence, la construction d'un pont suspendu au confluent de la Loire et du Lignon fut décidée le 22 mars 1862 par le Conseil Général du département.
Le pont fut construit en 8 mois, consitué d'une seule travée de principale de 140 mètres. Il fut mis en service dès janvier 1863 par le sieur Adolphe Boulland ,
&), moyennant une concession d'une durée de 27 ans et 11 mois et donc un péage pour cette même durée.
De cette période, subsistent uniquement les parties en maçonnerie de l´ouvrage actuel, le tablier d´origine en bois, la suspension ayant fait l´objet de nombreuses réparations et revalorisations. Une petite maisonnette situé à la sortie du pont (direction Monistrol) était la maison du péage.
D'importants travaux furent nécessaire dès 1894. Après la rupture successive de deux câbles de suspension en 1913 et 1921 rendant l´ouvrage inutilisable, une revalorisation complète a été réalisée par l´Entreprise Arnodin en 1922 pour 254 997 Fr selon (3).