Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Pont de La Sône sur l'Isère

Pont de La Sône sur l'Isère - 1833

Fleuve franchi : l'Isère, département : Isère, à proximité : La_Sone
Type d'ouvrage : Pont suspendu en fil de fer
Architecte(s) : F. Lalier - ; Compagnie(s) : Mallein, Lalier, Rousset - .
Longueur totale : 97m, Nombre d'arches/travées : 1, Plus grande portée : 97m
Décret, le : 14/9/1832 - Ouverture au public : 24/6/1833 -
Version du texte : V1.2, Niveau de fiabilité : excellent

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Les ouvrages dans la même ville de La_Sone : Tous les ouvrages, : Pont de La Sône sur l'Isère - 1833, Deuxième Pont de La Sône sur l'Isère - 1953,

Références :
1 - Bulletin des lois - 1832 du 14/9/1832
2 - Archives départementales de l'Isère

La construction du pont

La construction du pont suspendu avait pour but de fluidifier le trafic entre Pont en Royans et la Côte Saint-André, sur la route départementale 11, en substitution du bac.

La première étape fut la rédaction d'un cahier des charges qui fut établi le 26 mai 1827.

Assez curieusement l'adjudication des travaux et de la concession intervint le 9 Novembre 1831, avant l'ordonnance royale, publiée le 13 Avril 1832. Elle eut lieu en faveur de Victor Mallein , précédent fermier du bac que le pont remplacera (Il est en fait le seul soumissionnaire). Ce dernier s'était alors associé à Messieurs Lalier et Rousset. La concession accordée est alors de 95 ans. Il reçoit une subvention de 40 000 Fr payable sur 10 ans.

Malgré ceci, l'ouverture du pont fut ordonnée le 24 Juin 1833. Les caractéristiques du pont était les suivantes : des culées adossées aux berges, en forme d'Arc de triomphe en pierre de taille de Rochebrune (classique pour cette époque). La longueur du pont est de 97 m, et la largeur du tablier est de 4,50m. Le niveau de ce dernier est fixé à 6,6m au-dessus de l'étiage, calculée sur les plus hautes eaux enregistrées (1812). Le coût estimé du pont (devis) est de 110 000Fr dont 12 000 environ pour la suspension. Il semble que celle-ci provienne des Seguin (annotation manuscrite sur un des documents des Archives).

Il est à noter à la lecture des clauses de la concession, que pour la perception du péage, le port d'arme est autorisé par le personnel en faction !

Les tarifs de passage

Ci-après le détail des conditions du passage du pont établis lors de la mise en place de l'ouvrage :

Pour le passage d’une personne non chargée ou chargée d’un poids au dessous de 5 myriagramme

0,10

Pour denrée ou marchandise non chargée sur une voiture, sur un cheval ou mulet, mais passée à bras d’homme et d’un poids de 5 myriagrammes.

0,10

Nota : le droit ) payer par l’homme passant les dites marchandises ou denrées ne sera dû qu’une fois. Il sera payé par chaque myriagramme excédant les cinq mentionnés ci-dessus

0,02

Pour le passage d’un cheval ou mulet et son cavalier, valise comprise

0,20

Pour un cheval ou mulet chargé, non compris le conducteur

0,10

Pour un cheval ou mulet non chargé, non compris le conducteur

0,10

Pour un âne ou ânesse chargé ou non chargé, non compris le conducteur

0,05

Pour un cheval, mulet bœuf, ou vache, âne ou ânesse employé au labour ou allant au pâturage, non compris le conducteur

0,05

Pour un bœuf ou une vache appartenant à un marchand et destiné à la vente non compris le conducteur

0,10

Pour un veau ou un porc

0,05

Pour un mouton, brebis, bouc, chèvre, cochon de lait

0,02

Lorsque ces animaux passeront au-dessus de vingt, le droit sera diminué d’un quart

 

Pour la dinde conduite en troupe il sera payé par tête

0,02

Pour le passage d’une voiture suspendue à deux roues, celui du cheval ou mulet pour une litière à deux chevaux et le conducteur

0,50

Augmentation pour chaque collier en sus

0,10

Pour une voiture suspendue à quatre roues, celui du cheval ou mulet et le conducteur

0,60

Augmentation pour chaque collier en sus

0,10

Nota : les voyageurs paieront en sus le droit fixé pour chaque personne

 

Pour une charrette ou char chargé, avec un collier ou deux boeufs ou vaches, le conducteur compris

0,50

Pour une charrette ou char chargé, avec deux colliers ou quatre boeufs ou vaches, le conducteur compris

0,60

Pour une charrette ou char chargé, avec trois colliers, le conducteur compris

0,80

Pour une charrette ou char chargé, avec quatre colliers, le conducteur compris

1,25

Pour une charrette ou char chargé, avec ,un plus fort attelage

2,00

Pour les charrettes non chargées, elles paieront les deux tiers du droit fixé pour les charrettes chargées

 

Pour les charrettes employées au transport des engrais ou à la rentrée des récoltes, elles ne paieront que la moitié du droit fixé pour les autres charrettes. On entend par récolte, les gerbes ou vendanges qu’on passerait d’une rive à l’autre.

 

Le paiement du droit de passage ne sera exigé qu’une seule fois pour l’aller et le retour le même jour

 

Le rachat de la concession par l'Etat

Le 27 Septembre 1882 fut présentée au Préfet de l'Isère une pétition pour rendre le passage du pont gratuit (conformément à la loi de 1880 sur le rachat des concessions). Mais finalement l'acquisition par l'état de cette concession ne fut conclue que le 17 Août 1888.

Un nouveau pont fut crée dans les années 1950, comme le montre la carte postale présentée ci-dessus (le tablier du nouveau pont n'est pas encore en place). Ce pont est situé légèrement en amont du précédent.