Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Pont de Lagnieu

Pont de Lagnieu - 1835

Fleuve franchi : le Rhône, entre départements de Ain et Isère, à proximité : Lagnieu
Type d'ouvrage : Pont suspendu en fil de fer
Architecte(s) : Marc Seguin et freres - ; Compagnie(s) : Cie Jules Seguin - .
Nombre d'arches/travées : 1,
Décret, le : 4/6/1834 - Ouverture au public : 1/9/1835 - Durée concession : 69 ans - Subvention : 45000 Fr
Version du texte : V1.4, Niveau de fiabilité : excellent

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Références :
1 - Bulletin des lois - 1834 du 4/6/1834
2 - Archives départementales de l'Isère
3 - Statistique de la France - 1855 - Ministère de l'Agriculture par Imprimerie Impériale à Paris - p56.

Le premier projet non abouti : un pont suspendu à chaîne vers 1824-1827

Le projet de construction du pont de Lagnieu sur le Rhône, débute dès 1824, sur le principe d'un pont suspendu à chaîne mais qui semble se conclure négativement par une adjudication infructueuse en mai 1827, principalement par absence d'investisseur, malgré une subvention de 60 000Fr. Le pilote en était Mr Monavon, ingénieur des ponts et chaussées, qui avait alors estimé le coût du pont à environ 200.000 Fr.

Le principe de la suspension à chaîne est détaillé dans le plan ci-contre.

Le deuxième projet : un pont suspendu en fil de fer en 1834-1835

Le projet de pont suspendu revoit le jour en 1834, par une adjudication en faveur de la Cie Jules Seguin , le 29/1/1834, qui reçoit l'aval des administrations . La subvention pour ce pont est de 60 000 Fr.
En effet, l'ordonnance royale publiée le 18/5/1834, autorise la construction d'un pont suspendu à Lagnieu, sur la Rhône, et confirme le bien-fondé de l'adjudication des travaux, passée le 9/1/1834 à M. Jules Seguin, en contre-partie d'une subvention de 45000 Fr et d'une durée de concession de 69 ans.

Une évolution significative du cahier des charges le 7/4/1835 retarde l'ouverture au public du pont : il est en effet demandé au constructeur de relever le tablier du pont en construction.
Finalement après les épreuves de résistance positives du 13/8/1835, le pont est ouvert au public le 1/9/1835.

Dans son exploitation, lors de l'analyse du rachat de la concession, il est noté que le génère un revenu brut de 9000 Fr, et un revenu net de 5500 Fr.