Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Tranchée de Clamart

Tranchée de Clamart - 1840

Département : Hauts-de-Seine, A proximité de : Clamart
Type d'ouvrage : Tranchée
Ouvrage toujours en place (2004)
Architecte(s) : Camille Polonceau - Marc Seguin - M. Brabant - ; Compagnie(s) : Groupe Polonceau-Seguin - .
Grand projet: Chemin de fer Paris(Rive Gauche) - Versailles, .
Version du texte : V2.2, Niveau de fiabilité : fort

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Références :
1 - Traité élémentaire des Chemins de fer - 1855 - Auguste Perdonnet par Langlois et Leclerc à Paris, Tome 1 - p317 et suivantes.
2 - Portefeuille de l'Ingénieur des Chemins de fer - 1843-1846 - Auguste Perdonnet - Camille Polonceau par Louis Mathias à Paris, Tome Documents - p4 et suivantes.
3 - Camille Polonceau - Notice biographique - 1859 - Auguste Perdonnet
4 - Portefeuille de l'Ingénieur des Chemins de fer - 1843-1846 - Auguste Perdonnet - Camille Polonceau par Louis Mathias à Paris - p13.

 

Cette tranchée de 1700 mètres de longueur, et de profondeur maximale de 16,86 mètres, est une partie importante du Chemin de fer Paris(Rive Gauche) - Versailles. Elle apparaît pour son époque comme une réelle prouesse, tant au regard du cubage de terre déplacé (378 000 mètres cube), que de la vitesse à laquelle elle a été réalisée.
Par ailleurs, plus des trois quarts de ce cubage devaient être emmenés par une seule extrémité, en direction de Paris.

De nombreuses innovations ont permis la réalisation de ce chantier titanesque.

Le choix du mode de transport de la terre, et la façon d'engager le chantier, furent aussi soigneusement analysés par M. Brabant, qui aboutit aux conclusions suivantes (1) p 332,334 :

Après avoir creuser le goulet A, on a enlevé les terres en B et C, puis on a ouvert le goulet D, et enlevé les terres en F et E. Par cette méthode, près de 2000 mètres cube de terre ont pu être extraits pendant les grands jours d'été, un record !

Relativement au schéma ci-contre, les terres à gauche de la ligne AB ont été amenées au nord de Paris, tandis que celle à droite ont permis la constitution des remblais du viaduc Val-Fleury de Meudon. Comme indiqué ci-dessus, le terrain de la tranchée a d'abord fait l'objet d'une petite tranchée auxiliaire à son extrémité septentrionale, assez large pour contenir une voie ferrée, et de hauteur constante, à 7 mètres au-dessus du fond de la tranchée définitive, et donc de même inclinaison (4mm par mètre).

Quatre puisards (ou puits absorbants) ont été réalisés afin de assécher les talus et de dégorger les fossés réalisés à cet effet -(4) p13. La détermination de l'inclinaison des talus a fait l'objet d'une rectification car insatisfaisante initialement. Ceci eut pour effet de doubler le coût du travail considéré -(1) p122.