Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Pont de Vallon

Pont de Vallon - 1837

Fleuve franchi : l'Ardèche, département : Ardèche, à proximité : Vallon
Type d'ouvrage : Pont suspendu en fil de fer

Longueur totale : 145m, Nombre d'arches/travées : 2, Plus grande portée : 67.4m
Décret, le : 25/9/1833 - Ouverture au public : 1/5/1837 - Durée concession : 99 ans -
Version du texte : V2.2, Niveau de fiabilité : excellent

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Références :
1 - Mémoire d'Ardèche, Tome 58 - Mai - 1998
2 - Rapport sur les Opérations effectuées pour le rachat des ponts à péage dépendant des chemins vicinaux - 1889 - Ministère de l'Intérieur
3 - Bulletin des lois - 1833 du 25/9/1833
4 - Archives départementales de l'Ardèche, Tome 2S134-1 - Historique des ouvrages d'art
5 - Statistique de la France - 1855 - Ministère de l'Agriculture par Imprimerie Impériale à Paris - p54.

Le pont suspendu entre Vallon et Salavas, sur l'Ardèche, fut mis en service en 1837.
Il répond au besoin d'un axe routier entre Aubenas et Pont Saint-Esprit, desservant donc le Sud du Vivarais. Plus précisément, le projet de création de cette grande route proposait de passer sur le pont naturel que représente le Pont d'Arc.

Ce passage naturel avait déjà fait l'objet d'une construction adaptée pour permettre notamment le passage des armées, tel que le montre les gravures du XVIIème siècle.

Malheureusement, Louis XIII et Richelieu, après la prise de Privas en 1629, avaient fait détruire celle-ci pour s'assurer qu'aucune troupe ne puisse utiliser le pont naturel.

Au milieu du XVIIème siècle, ce projet de grande route refit surface, promu activement par les communes à qui ce projet apportait des bénéfices évidents, à savoir Barjac, Vagnas, Bessas, Montclus, Orgnac, .... En 1776, il fit même l'objet d'un devis précis à la demande de l'Assemblée des Etats du Vivarais. Mais une fronde se mit en place principalement sous l'impulsion de Viviers, la ville épiscopale, qui réussit à persuader d'autres communes de poids telles que Bourg Saint Andéol, ville de marchands, ou Villeneuve de Berg, la ville du Roi. Cette fronde réussit à démontrer lors des Etats de Montpellier, que ce projet serait un grand malheur et obtint sa mise au oubliette !!!

Ce n'est donc qu'en 1826 que le projet refit surface sous l'initiative du maire de Vallon, qui sollicita l'administration pour la construction d'un pont en fil de fer, pour assurer le passage de l'Ardèche et non le pont naturel.

C'est ainsi que le pont suspendu de Vallon vit le jour le 1/5/1837. Sa construction semble avoir débuté en 1835. Long de 144.6 mètres, constitué de deux travées égales de 67.35m, le tablier présentait une largeur de 4.20 m (dont 2.20 pour la voie roulante -charettière. Ce même tablier est suspendu à 2 séries de 3 cables de 210 fils (N°18) situées de part et d'autre du tablier.
Le rapport ministériel indique de mêmes dates pour le décret (25/9/1833) et l'ouverture au public (25/9/1833), ce qui est vraisemblablement erroné. Cette dernière date est par ailleurs en contradiction avec celle donnée par Mémoire d'Ardèche N°58. Nous privilégions donc cette dernière information.