Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Troisième pont suspendu

Troisième pont suspendu - 1847

Fleuve franchi : l'Allier, département : Allier, à proximité : Vichy, situé Bras principal de l'Allier
Type d'ouvrage : Pont suspendu en fil de fer
Destruction de l'ouvrage : 1866

Nombre d'arches/travées : 4,
Version du texte : V2.1, Niveau de fiabilité : fort

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Les ouvrages dans la même ville de Vichy : Tous les ouvrages, : Premier pont de Vichy - < 1555, Pont de bois, Premier pont suspendu de Vichy - 1833, Deuxième pont suspendu de Vichy - 1838, Troisième pont suspendu - 1847, Pont de Bellerive - 1871,

Les ouvrages situés au même emplacement "Bras principal de l'Allier" dans la même ville de Vichy : Tous les ouvrages, : Premier pont suspendu de Vichy - 1833, Deuxième pont suspendu de Vichy - 1838, Troisième pont suspendu - 1847,

Références :
1 - Site sur l'Histoire de Vichy
2 - Bradshaw's illustrated travellers' handbook - 1857 - p146.
3 - Annales des Ponts et Chaussées - 4ème série, Tome 2 - 1862 - p403.
4 - La France industrielle, manufacturière, agricole et commerciale à Paris , Tome 5-50 - 5ème année N° 50 - pJeudi 20 sept 1838.
5 - Lettres topographiques et médicales sur Vichy - 1833 - Victor Noyer par Thibaud et fils, imprimeurs-libraires à Clermont et Riom - p55-59.
6 - Eaux minérales de Vichy - 1915 - Antonin Mallat par Georges Steinheil à Paris, Tome 2 - p659.
7 - Vichy, l'irrésistible ascension, 1800-1870 - 1998 - Maurice Gontard par EDITIONS CREER - p99.
8 - Vichy et ses environs (1836) - 1836 - Henri Lecoq à Paris - p10.
9 - Vichy et ses environs (1839) - 1839 - Adolphe Michel à Moulins - p1-15.
10 - L'ancienne batellerie de l'Allier et de la Dore, de Langeac à Nevers - 1975 - P. Mondanel par Gérard Tisserand - Diffusion De Borée - p76.
11 - Conseil général - Allier, Tome 1847 - 1847
12 - Conseil général - Allier, Tome 1850 - 1850
13 - Conseil général - Allier, Tome 1861 - 1861 - p14.
14 - Conseil général - Allier, Tome 1867 - 1867 - p13-14.
15 - L'ami de la Religion à Paris, Tome 85 - p507.
16 - Les inondations de 1846 - 1846 - A. Berger par L. Maison à Paris - p3,4,81.
17 - Revue archéologique du Centre de la France, Tome 30 - 1991 - p215-221.
18 - Collection personnelle de photos - Webmaster art-et-histoire.com, Tome vichy - Photos de Vichy
19 - Vichy et ses environs (1863) - 1863 - Louis Piesse par Hachette et Cie à Paris - p57.
20 - Conseil général - Allier, Tome 1871 - 1872 - p8.
21 - Bulletin des lois - 1832 du 7/6/1832

Le pont de Vichy, une histoire très ancienne

Le pont de Vichy fut pendant longtemps le seul moyen  de communication ouvert entre le Bourbonnais et l’Auvergne. Sa présence remonte vraisemblablement à la haute antiquité selon (9).

Selon cette même source, des commentateurs prétendent que Jules César, qui remonta la rive droite de l’Allier, marchant à la poursuite de Vercingétorix, traversa l’Allier en face de la position de Vichy, alors désignée Aquae Calidae. D’autres prétendent que ce fut à son retour.

Une voie romaine fut tracée reliant Clermont à Lyon, passant à Aquae Calidae.

On note mention du pont en 1410, selon (7), lors de la création du couvent des Célestins, puisque le Duc Louis, leur fondateur, exempte du péage du pont tout ceux qui viendraient moudre leur grains au moulin de Chisson. Ce privilège fut reconduit par les différents souverains.

Les études exposées en (17), précise une possible localisation du Premier pont de Vichy suite à la découverte de pilots originels, et permettent de dater cette construction entre 1524 et 1555. On note aussi que le pont fut rompu par les protestants vers 1568, dans leur guerre avec les Catholiques, puis rétabli avant 1576 (7).

Selon (1) ce dernier fut détruit en 1669 et ainsi, aucun pont n’existe entre Vichy et Bellerive pendant 164 ans, jusqu’au 11/3/1833 !

Le passage de l’Allier était alors assuré par des services de bac privés, sur concession. Cette situation dura donc a minima 164 ans !!

Un premier pont suspendu en 1833 mais emporté par une crue 27 mois plus tard en 1835

En se référant au rapport très détaillé du Premier pont suspendu de Vichy , présenté en (5), les travaux relatifs à la construction du premier pont suspendu sur le bras principal de l’Allier à Vichy ont été autorisés par l'ordonnance du 7/6/1832 (21), qui a confirmé l'adjudication des travaux et de la concession du 15/4/1832, à M. Aubineau-Caron, négociant à Paris, moyennant la concession d’un péage pendant 99 ans. Il a été construit d’après les plans de MM de Vergès et Bayard de Vingtrie.

Il est à noter qu’une première adjudication infructueuse avait été conduite en 1831, selon (6).

Le nouveau pont suspendu est alors composé de 3 travées suspendues à chaînes de fer, et dont les deux extrémités s’appuient deux culées. Les travées adossées aux culées ont une ouverture de 51.1m, tandis que la travée centrale est de 49.40m. La longueur du tablier est de 160m. Une maison a été construite à chaque extrémité du pont pour servir de bureau et de logement au receveur du péage.

Il est curieux de constater que cette illustration datant de 1836, issue de (8), montre un pont à 5 travées (qui n’en eu jamais 5 mais 3 puis 4 à partir de 1861) et que cette même référence décrit un pont à suspension à fil de fer alors que celle-ci était à chaîne, a minima pour sa construction initiale.

 

Le pont fut finalement inauguré le 11/3/1833 selon (7), mais fut emporté en Juin 1835 par une crue. L’article du Dimanche 7/6/1835 de L'Ami de la Religion  , indique que deux travées sur les trois furent emportées par la récente crue. Il sera reconstruit en 1838.

Un pont en charpente toujours nécessaire pour franchir le bras secondaire de l'Allier !

Le pont suspendu permet le passage du bras principal de l’Allier, mais un pont complémentaire en charpente reste nécessaire pour rejoindre Vichy et traverser le petit bois, tel qu’illustré ci-contre. Il faudra attendre 1861, pour que ce pont soit substitué à un pont suspendu (réclamé dès 1847  selon (11) ou (12)!)

Un deuxième pont suspendu construit en 1838, mais de nouveau emporté en 1846 !

Selon (4), les épreuves validant la solidité du Deuxième pont suspendu de Vichy se sont déroulées vers le 20/9/1838, nous en déduisons que la mise en circulation de l'ouvrage eut lieu immédiatement après. Selon cette même source, nous savons que ce pont a été construit par les frères Escarraguel (et non plus par Bayard et Vergès). La référence (22) indique alors pour ce pont à 3 travées, une longueur entre culée de 175m et une largeur de tablier de 6m.

Mais là encore le pont fut emporté par la crue des 21 et 22/10/1846 (selon (16)).

Un troisième pont suspendu (étendu par une nouvelle travée en 1861), mais emporté une fois de plus en 1866 !

Le Troisième pont suspendu est vraisemblablement remis en circulation en 1847. Le livre de Bradshaw (2) indique bien qu'en 1857, un pont suspendu neuf est présent.

Ce troisième pont suspendu fut étendu par une nouvelle travée en 1861 (d'après (19)), pour se substituer au vieux pont de bois, qui permettait d'enjamber le petit bras de l'Allier

Le site de Vichy ci-dessus (1), confirmée par (14), précise qu'il sera détruit par une crue en Septembre 1866, puis remplacé par un pont en fonte en 1870.

A noter, selon (3), que le rachat du péage fut autorisé par décret, le 6/7/1862, en présence même de l’Empereur à Vichy (selon (7)), selon la convention entre l'Etat et le concessionnaire de l'époque le Sieur Aubineau-Caron, pour une valeur de 853 660 Fr.

Un pont en font sur pile en pierre permet en 1870 finalement d'affronter durablement les années!

Finalement la commune de Vichy, combine la nécessité de reconstruire le pont avec le besoin du nouveau chemin de fer pour engager la construction d'un pont en fonte. Celle-ci débute en 1868. Le 20 mai 1870, ce pont en fonte est ouvert à la circulation. Ce pont, toujours en place, comporte, selon (20), 6 travées en fonte de 37m d'ouverture plus, sur la rive droite, 1 travée en maçonnerie de 10 m de diamètre. Piles et culées sont en maçonnerie. Il a coûté 815 822 Fr selon la même source.

La photo ci-dessous présente le pont actuel.