Lien à utiliser pour faire référence à cette page

Liste des critères de sélection actifs. Pour les supprimer, cliquez sur la croix

Pont à Vogüé sur l'Ardèche

Pont à Vogüé sur l'Ardèche - 1829

Fleuve franchi : l'Ardèche, département : Ardèche, à proximité : Vogue
Type d'ouvrage : Pont mixte pierre et suspendu
Compagnie(s) : Sieur Fabry et Carsignol - Bque Pradelle (Bourg-St-Andéol) - .
Longueur totale : 87m, Nombre d'arches/travées : 4,
Décret, le : 16/5/1827 -
Version du texte : V1.1, Niveau de fiabilité : excellent

Plan

Vous disposez de zoom sur région. Pour accéder aux zooms :
France entière - Région Parisienne - Région Lyonnaise - Région Sud-Est - Région Seine - Région Loire - Région Aquitaine - Région Saône - Région Languedoc - Région Bretagne - Région Alsace-Lorraine -

Références :
1 - Mémoire d'Ardèche, Tome 59 - Août - 1998
2 - Bulletin des lois - 1827
3 - Statistique de la France - 1855 - Ministère de l'Agriculture par Imprimerie Impériale à Paris - p54.

Le pont suspendu de Vogüé est construit et mis en service sur l'Ardèche à Vogüé en 1829 (ou 1828). Nous possédons le décret de construction ordonné par Charles X le 16/5/1827(2). Pour accéder au détail de ce document cliquez sur ce lien. Ce document intéressant présente aussi le détail des conditions d'exploitation du pont et des péages fixés dès le 30 Décembre 1826.

L'investissement correspondant à la construction de ce pont est assuré par les sieurs Fabry et Carsignol, mais d'autres sources indiquent que le véritable propriétaire est la banque Pradelle de Bourg Saint-Andéol. En contrepartie du financement privé, les investisseurs bénéficient d'une concession et de droit à péage pour une durée de 80 ans.

L'ouvrage en référence (3) nous apporte quelques précisions techniques. En fait ce pont - indiqué de construction 1829 - est de technologie mixte : une partie composée de 3 arches est en pierre, et une autre partie est suspendue par fil de fer, composée d'une seuletravée. Le tout compose un pont de de 86.55m de longueur entre culées et de 4.2m de largeur de tablier.

Le document cité en référence (1) nous rapporte une anecdote plaisante : Il semble en effet qu'avec la complicité du tenancier du péage, les fillettes de Vogüé pouvaient aller sans payer jouer à la poupée sur la rive droite de l'Ardèche. Les garçons n'avaient pas ce privilège, et les petites filles pouvaient jouer en paix. Cependant en été, quand les eaux étaient basses, les gamins, quittant leurs galoches, traversaient à gué.

En 1890, le Conseil Général de l'Ardèche rachète la concession, induisant de fait la gratuité du passage. La satisfaction des habitants de Vogüé ne fut malheureusement que de courte durée, car le pont fut emporté par la grande crue du 22 Septembre 1890 !
Le nouvel ouvrage contruit sur les piles restantes, réhaussées de deux mètres est un pont metallique à plancher de bois. Ce nouvel ouvrage subsista jusqu'en 1944, où pour barrer la route aux colonnes allemandes en déroute, les maquisards le firent sauter.